Nora de Louise Anne Bouchard

IMG_3051

Le héros Jackson Clark, la quarantaine, est un ancien flic de la brigade des stups démis de ses fonctions à la suite de l’overdose de sa femme. Il marche d’un pas alerte le long de la Reuss à Lucerne, car il va être en retard à son rendez-vous avec un ami Paul Mutter. Tout en marchant il songe à quitter cette ville et  s’envoler vers son pays d’origine, les USA, afin de refaire sa vie.

Mais Paul, qui a l’art de se fourrer dans de sales draps, a  un rendez-vous le soir-même sur les hauteurs du Rigi , une affaire sans danger et qui va lui rapporter beaucoup d’argent.  Jackson décide de l’accompagner. Une fois arrivé sur place, rien ne se passe comme prévu, des coups de feu sont tirés, Paul se fait tuer et Jackson blessé s’évanouit.

A son réveil, il se retrouve dans l’appartement d’Helen Weber, jeune journaliste stagiaire à la recherche du dernier scoop et qui maîtrise l’art du déguisement à la perfection. Ensemble, ils décident d’enquêter sur la mort de Paul et de trouver le coupable.

L’enquête mettra sur leur chemin des personnes plus bigarrées les unes que les autres. Parmi eux, le couple fortuné Sarah et Max von Pfyffer. Contrainte par sa famille dans sa jeunesse d’épouser Max afin de sauver la fortune de leur famille respective, Sarah doit atteindre vingt ans de mariage avant de pouvoir divorcer et toucher une  importante somme d’argent en guise de compensation de ses belles années perdues. Et s’il n’y a pas de descendance, c’est le pactole.

On apprendra au fil de la lecture que Max von Pfyffer a eu une fille Nora qui fut le fruit d’une liaison avant son mariage, qu’il l’a faite adoptée et qu’elle est morte avec son père adoptif dans un accident de voiture à l’âge de dix ans… Mais en est-on vraiment certain ?

Dans les années nonante, (après la fermeture du Platzspitz park et du Letten à Zurich) Lucerne ne ressemblait pas à la ville que nous connaissons actuellement, les bords de la Reuss accueillaient les dealers et leurs clients issues de toutes les couches sociales. C’est cette ambiance glauque qu’a choisi Louise Anne Bouchard comme trame de fond pour son roman noir “Nora“. Photographe de formation, elle maîtrise l’art du portrait et cela se ressent dans sa description des personnages. Un roman noir à lire en apnée tant le suspense est prenant.

Louise Anne Bouchard – Nora – Éditions Slatkine

signature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s